Le 2° Congrès Mondial de Brachylogie : consécration des acquis et initiation de projets

Le Deuxième Congrès Mondial de Brachylogie qui s’est tenu du 12 au 15 avril à Hammamet (Tunisie) a clôturé ses travaux samedi par une conférence du ministre des Affaires Culturelles sur « La Culture de proximité », qui constitue le nouveau pari du gouvernement tunisien d’union nationale, suivie de l’allocution de M. Badreddine Ben Henda, directeur de l’ISSHT et président de Brachylogia-Tunisie et de la lecture du rapport final et des recommandations du congrès par M. Mansour M’henni, président de la CIREB.

mz-brachy1

La matinée du mercredi 12 a été consacrée à l’assemblée générale élective de la Coordination Internationale des Recherches et Etudes Brachylogiques (CIREB), coorganisateur du congrès avec l’Institut Supérieur des Sciences Humaines de Tunis (Université Tunis El Manar), une assemblée (présidée par M. Fouad Souiba du Maroc) qui a vu l’élection des 22 membres du conseil d’administration de l’association internationale siégeant à Paris et la reconduction du Pr. Em. Mansour M’henni à sa présidence, avec trois collègues à Paris pour le bureau exécutif : Marc Hersant, vice-président-directeur exécutif, Alain Massé, trésorier et Martins Lacas, Secrétaire général. L’AG a décidé également du lieu du 3° Congrès Mondial de Brachylogie qui, de ce fait, se tiendra à Cadix, en Espagne, vers le mois d’avril 2019. Les dernières heures du congrès, jusqu’à l’excursion, ont pu dégager une proposition de titre, appuyée à la majorité, en l’occurrence : Conversation(s) e(s)t Nouvelle Brachylogie. A la charge des responsables du Congrès en Espagne (l’adjoint du président de la CIREB responsable du 3° congrès Mme Martine Renouprez, assistée de Mme Victoria Maria Ferrety, adjoint sur projet) et du président de la CIREB de constituer un premier comité scientifique du congrès et de lui proposer un premier argumentaire à discuter et à améliorer.

IMG_3022+

La conférence d’ouverture, titrée «Le bref n’est pas le court», a été assurée par le Pr. Gérard Dessons de l’Université Paris VIII, qui a conduit également un séminaire d’école doctorale au profit des étudiants doctorants maghrébins (Algérie, Maroc et Tunisie).

Le reste du programme du congrès a été meublé par cinq panels, répartis en 8 séances scientifiques et 50 communications, centrés sur :

Panel 1 : Brachylogie, littérature et sciences du langage (3 séances)

Panel 2 : Brachylogie, sciences, communications et nouvelles technologies

Panel 3 : Brachylogie, sciences humaines, sociales, économiques et politiques

Panel 4 : Brachylogie, Arts et cultures populaires (2 séances)

Panel 5 : Brachylogie, pédagogie, traduction et traductologie

cmb2+4

En plus, deux séances ont été consacrées à un grand projet piloté par la CIREB avec différents partenaires, celui d’un Dictionnaire Encyclopédique de la Nouvelle Brachylogie. Ce projet ambitieux, déjà suggéré dans le livre d’introduction à la Nouvelle Brachylogie (M’henni, Mansour, Le Retour de Socrate, Tunis, Brachylogia, 2015), confirmé par le besoin et la nécessité exprimés par la plupart des concernés (en Belgique, au Liban, au Maroc, à Sfax et à Tunis) et mis en forme lors de la Journée d’étude du 2 décembre 2017 à l’ISSHTunis, ne peut s’inscrire que dans la durée d’une élaboration évolutive. Aussi une première rencontre, proposée par l’association Brachylogia-Tunisie pour son 5° anniversaire, sera-t-elle organisée les 17 et 18 octobre 2017 en Tunisie pour la mise en marche pratique du projet, avec en perspective un premier ouvrage collectif « La Nouvelle Brachylogie : Théories d’ensemble » (fin 2018), puis un Premier Dictionnaire de la Nouvelle Brachylogie (fin 2020), ensuite le Dictionnaire Encyclopédique de la Nouvelle Brachylogie, conformément à un planning minutieusement étudié. Un premier noyau de pilotage scientifique a été constitué des Professeurs Gérard DESSONS, Marc GONTARD, Marc HERSANT, Mansour M’HENNI et Abderrahman TENKOUL, en attendant la liste définitive du Conseil scientifique du projet, étant entendu que la gestion administrative et pratique est confiée au conseil d’administration de la CIREB, en coordination avec les différents partenaires du projet. Des remerciements sont dus à M. le ministre des Affaires culturelles qui a d’emblée suggéré la possibilité d’implication de son ministère à ce grand et important projet, par le biais de la Direction générale du livre et la direction générale de l’Institut de Traduction de Tunis, respectivement en la personne de Mme Héla Ouardi et de M. Taoufik Aloui.

mz-brachy4

On ne saurait manquer de souligner la dimension culturelle du congrès, la culture étant au centre de l’objet brachylogique, surtout en termes de « culture de proximité » tel que cela a été éloquemment développé par M. le Ministre des Affaires Culturelles, dans sa conférence de clôture et tel que cela a été concrétisé par l’excursion offerte aux invités par le ministère, leur permettant ainsi, le 16 avril, de découvrir le cimetière antique de Sidi Salem (Menzel Témime), le Fort de Kélibia, la cité antique de Kerkouane, l’olivier de 2500 ans et les grottes de Haouaria.

fort-de-kelibia

Il est à préciser également qu’un hommage a été rendu au peintre tunisien Néjib Belkhodja, pour le dixième anniversaire de sa mort, dans une séance animée par le peintre et universitaire Sami Ben Amer, richement meublée d’une conférence savante et d’une projection intelligemment montée. Par ailleurs une exposition vente de livres et de revues a accompagné les travaux du congrès, assurée par l’Institut Supérieur des Sciences Humaines de Tunis, l’Institut de Traduction de Tunis (alias Cenatra), et l’association Brachylogia-Tunisie.

Khodja1

Remarquons, par ailleurs, que des perspectives de collaboration en traduction et traductologie ont été esquissées, notamment entre l’Institut de Traduction de Tunis et l’Université de Mons (représentée par Mme Catherine Gravet de la Faculté de Traduction et d’Interprétation et l’Ecole d’Interprètes internationaux et aussi conseillère du Recteur à la politique des genres). Des collègues d’autres pays ont exprimé à l’occasion leur désir de s’associer à ce projet de coopération.

Communiqué officiel de la CIREB

(Photo à la Une : le Ministre tunisien des Affaires Culturelles au centre d’une partie des participants)

Comments are closed.

Qui sommes nous ?

COORDINATION INTERNATIONALE DES RECHERCHES ET ETUDES BRACHYLOGIQUES (CIREB). Objet : favoriser les rencontres et les échanges entre les chercheurs, les créateurs et les techniciens dans les domaines des êtres et des objets de petites formes ou de microstructures ; développer le concept de brachylogie dans sa dimension pluridisciplinaire et ses applications plurielles et encourager la production à cet effet ; encourager les prolongements socio-économiques des recherches et des créations brachylogiques dans les différentes spécialités. Siège social : 5, rue Lacharrière, 75011 Paris 11e