Premier Congrès Mondial de Brachylogie: Allocution d’ouverture du Pr. Mansour M’HENNI (Président de la CIREB)

Premier Congrès Mondial de Brachylogie

Maroc 2015(16-17avril à Kénitra et 18 avril à Rabat)

Coordination Internationale des Recherches et Etudes Brachylogiques (CIREB)

 

 

Allocution d’ouverture du Pr. Mansour M’HENNI

(Président de la CIREB)

 

 

 

Les études brachylogiques sont nées d’un concept initié en Tunisie par la Pr. Mansour M’henni, celui de la « Nouvelle Brachylogie », à partir d’un concept antique, celui de la brachylogie, voué historiquement à un destin précaire malgré sa richesse intellectuelle et sa profondeur philosophique. Ainsi, de ses racines présocratiques à sa configuration arrêtée par Socrate, puis à ses déboires rhétoriques, le concept retrouve en 2012 un élan pluridisciplinaire et constitue le centre d’un projet cherchant à l’adopter aux conditions, aux exigences et peut-être aux ambitions du monde moderne. C’est pourquoi son initiateur a donné au projet le slogan : « Repenser du nouveau dans un concept antique ».

Le projet a commencé à se structurer autour d’une association tunisienne, Brachylogia, créée le 17 octobre 2012 (officialisée en décembre 2012), une date qui a été retenue pour baliser le séminaire annuel des études brachylogiques en Tunisie, dont la quatrième édition est déjà annoncée sous le titre « Lumière(s) et brachylogie ».

Puis, c’est le tour de la diffusion du concept par son initiateur. Il y a eu ainsi la communication « Brachylogie et poélitique Katebiennes dans le cycle de Nedjma », en février 2013 pour le Colloque International Kateb Yacine à Guelma (Algérie). Puis, la publication, au cours du premier semestre de 2013, dans la Revue Culturelle des Imirats, de trois articles en langue arabe consacrés à l’application de l’approche brachylogique à des textes émiratis de Maïssoun Sakr, de Khouloud Moualla et de Adel Khouzam, pendant qu’au mois d’avril 2013 démarrait le premier séminaire tunisien des études brachylogiques à Moknine, avec une conférence inaugurale de M. M’henni pour l’initiation théorique du concept, « La brachylogie, retour d’un concept ». Une conférence aussitôt reprise à l’université Ibn Tofail de Kénitra, à l’invitation de M. Tenkoul et M. Belhaj, dans le cadre du Master Didactique Littérature et Langage, dirigé par Madame Sanae Ghouati. L’enthousiasme et l’adhésion pratique de ces collègues marocains, aussitôt rejoints par d’autres, ont permis d’initier la seconde association en la matière, Brachylogia-Maroc.

On est encore au premier semestre de 2013 et c’est déjà, en France, l’implication enthousiaste de M. Patrick Voisin, invité à donner, à Tunis (à l’ISSHT de l’université Tunis El Manar, une vraie maison natale du concept), une conférence sur « Martial, un maître de la brachylogie ». Puis M. Voisin sensibilisa Dima Hamdan du Liban dont le dévouement et l’activisme viennent d’être couronnés, en février 2014, par le premier séminaire au Liban des études brachylogiques et la constitution officielle de l’équipe libanaise, déjà mobilisée pour le second séminaire, attendu pour la printemps 2016. Dima travaille actuellement sur l’élargissement de son champ d’action à la dimension régionale du Golf-Moyen-Orient et Asie.

Patrick Voisin sensibilisa aussi, en Côte d’Ivoire, notre collègue Parfait Diandué Bi Kacou qui a constitué son association Brachylogia Côte d’Ivoire et qui s’applique à préparer son premier séminaire prévu au cours du mois de janvier 2016 sous le titre « La Nouvelle Brachylogie : Théorie, méthodes et pratiques ». En même temps, Mme Khadija Belfarhi, déjà engagée depuis le premier séminaire en Tunisie, préparait son équipe à Annaba et le premier séminaire en Algérie qui a eu lieu en février 2014. La brachylogie en Algérie est renforcée par un second noyau piloté par Mme Amel Mafaa, à l’initiative d’un projet trans-maghrébin de réseautage universitaire pour la brachylogie, un projet dû à l’appui et à l’encouragement de l’AUF-Maghreb, dont il importe de souligner les sincères remerciements qui sont dus à sa directrice, Mme Cristina Robalo Cordeiro et à toute son équipe. Guelma aussi prépare son séminaire pour les 28-29 octobre 2015 (« Définir les territoires de la brachylogie », un peu dans la continuité du premier séminaire de Paris) et Alger annonce son entrée dans les territoires de la Nouvelle Brachylogie.

En Belgique, le Pr. Raymond Renard a été d’une efficacité particulière, non seulement pour le noyau dynamique et enthousiaste qu’il a constitué à Mons autour de Catherine Gravet et Vincent Trovato, avec Anne André (Mons) et Katherine Rondou (Université de Bruxelles), déjà affairés à la création d’un Centre d’Etudes Brachylogiques à Mons et à l’organisation du premier séminaire belge, mais aussi pour la sensibilisation en Espagne de Martine Renouprez qui, très vite, a pallié le retard pris par un premier noyau de brachylogie à l’Université d’Oviedo, en constituant sa microstructure à Cadix et en projetant de coordonner avec le Pr. Julio Murillo Puyal de l’Université autonome de Barcelone et avec M. Maher Guezmil, un espagnolisant de Brachylogia Tunisie et de l’ISSH-Tunis, pour élargir la représentation espagnole dans le projet et lui donner plus d’implication active. Ce dernier a déjà obtenu l’adhésion engagée de Madame ERIKA MARTINEZ CABRERA (Université de Grenade). Raymond Renard est aussi le commanditaire de la première publication académique en matière de nouvelle brachylogie, l’article « Paix et brachylogie », qu’il a demandé à Mansour M’henni de rédiger pour les Cahiers du Réseau Linguapax Network Bulletin, 16/17, 2013-2014. (Cahiers publiés conjointement par le Centre UNESCO de Catalogne, par la Division de la Promotion d’une éducation de qualité, à l’UNESCO, et par la Chaire UNESCO de l’Université de Mons, en Belgique).

Ce réseau de brachylogues, en ramification continue, nécessita une structure de coordination internationale dont la constitution est engagée le 20 novembre 2013 à Tunis à l’occasion du 2° séminaire des études brachylogiques. Elle est baptisée CIREB (Coordination Internationale des Recherches et Etudes Brachylogiques) et domiciliée à Paris. MM M’henni et Voisin, respectivement président et Vice-président directeur exécutif sont chargés de finaliser les procédures et formalités administratives, ce qu’ils ont fait en décembre 2013, mais la tâche la plus assidue est revenue à Mme Raja Ouarghi, d’abord secrétaire générale, puis trésorière par nécessité. Qu’elle en soit vivement félicitée et remerciée. La CIREB a été officialisée par la publication de l’annonce de sa constitution le 3 mai 2014, une Journée mondiale de la liberté de la presse. Sans doute est-ce un hasard objectif qui vaut pour une prédestination.

La finalisation des démarches de constitution de la CIREB ont permis à Patrick Voisin de s’occuper plus attentivement de son territoire spécifique, celui de la France, et de réussir vite, en novembre 2014, l’organisation du premier séminaire français des études brachylogiques et la constitution de Brachylogia-France.

Pour la visibilité du concept et du projet qui le porte, Brachylogia-Tunisie a mis en ligne son site (www.bracgylogia.com) qui reste encore la principale référence en la matière. Brachylogia- Côte d’Ivoire a ouvert le sien, http://bra-as.com, mais ce dernier a connu quelques problèmes d’hébergement que les collègues ivoiriens ont vite résolus. Je crois savoir aussi que les collègues du Maroc oeuvrent à la construction de leur site et à sa mise en ligne. Par ailleurs, en octobre 2014, le Conseil d’administration de la CIREB a chargé son président de lancer un site à part pour la coordination internationale, ce site est inauguré à l’occasion de notre congrès, son lien est www.cireb-brachylogie.org . Il attend vos suggestions et vos contributions pour rester dynamique, riche et actualisé.

Mais la publication-papier reste un support important et les travaux des différentes manifestations organisées sont en attente. Pour ce faire, à l’initiative de M. Patrick Voisin, une sélection de ces articles sera publiée chez Garnier, dans la collection Rencontres, avec une coordination de l’opération assurée par lui-même et Mansour M’henni et conformément à la ligne de l’éditeur. M. Belhaj nous a fait part d’une négociation engagée avec l’AUF-Maghreb pour la publication des Actes de ce congrès. Des publications individuelles sont contractées avec d’autres éditeurs, notamment en Belgique, au Maroc et en Tunisie, surtout l’essai programmatique de l’initiateur du concept, Introduction à la Nouvelle Brachylogie. Il serait suivi d’un autre essai en langue arabe, du même auteur. De son côté, Brachylogia-Tunisie est en phase de lancement d’une revue semestrielle académique, la Revue de la Nouvelle Brachylogie, avec un important appui et un solide soutien de M. le Directeur de l’Institut Supérieur des Sciences Humaines de Tunis, M. TaoufiK Aloui ici présent et de M. le président de l’Université Tunis El Manar, représenté ici par le vice-président de l’Université, M. Youssef Ben Othman.

 

Pour et au-delà de ce qui vient d’être dit à la façon la plus brachylogique, il importe de souligner que ce Premier congrès mondial, au Maroc, constitue incontestablement une grande confirmation de la richesse du concept de « Nouvelle Brachylogie » et de l’importance de son projet. Nous attendrons la clôture du congrès pour l’évaluer, mais déjà son programme et les premiers indices de sa bonne organisation nous permettent de remercier vivement nos collègues au Maroc et de les féliciter de ce succès annoncé, avec une mention personnelle spéciale pour Mme Sanae Ghouati, secrétaire générale de Brachylogia-Maroc et du congrès, dont j’ai pu évaluer de près l’extrême labeur qu’elle a déployé pour la réalisation de cette magnifique rencontre.

 

Que Messieurs Azzedine Elmidaoui et Saaid Amzazi, présidents respectifs des universités Ibn Tofail de Kénitra et Mohamed V de Rabat, Messieurs Mohamed Zarrou et Abdelhanine Belhaj, respectivement doyens de la Faculté des Lettres de Kénitra et de la Faculté des Sciences de l’Education de Rabat, M. Abderrahman Tenkoul, président de Brachylogia-Maroc et Directeur du Congrès, Mme Cristina Robalo Cordeiro directrice de l’AUF-Maghreb et M. Christian Blaise, directeur de l’Institut français de Kénitra trouvent ici, en mon nom propre, au nom de tous les participants et au nom de la famille élargie de la Nouvelle Brachylogie, l’expression de notre loyale reconnaissance et l’expression de notre profond respect.

 

Pour conclure, permettez-moi de souligner à l’intention des intéressés que tout nouveau projet peut avoir autant de détracteurs sinon plus qu’il n’en a d’adeptes ; l’important est que ceux-ci restent solidaires dans le respect de leurs différences, dans l’honnêteté intellectuelle, dans l’humilité scientifique et à l’écart de la tendance aux conquêtes territoriales et aux animosités individuelles. L’Histoire des lettres, des arts et de la pensée nous enseignent que chaque nouveau mouvement ou courant naît en opposition à quelque chose de systématisé ; c’est de bonne guerre et c’est chose normale : il faut juste savoir où l’on va et ce qu’on cherche à défendre.

En tout cas, la CIREB entend respecter la liberté de fonctionnement des structures apparentées : associations, structures de recherche de différentes natures (groupe, UR, Labo, Centre, etc.) et même individus. Nous savons que chaque pays a ses conditions propres et chaque université aussi. C’est pourquoi les structures régionales ou nationales établies formellement par la CIREB ne sont pas contraignantes, car la structure entend coordonner les efforts de tous les intéressés. N’empêche que le travail en groupe, l’échange continu et la fédération des efforts sont des catalyseurs de grand apport à la recherche et à l’action efficace.

Bon courage et bonne chance à la famille la plus large de la Nouvelle Brachylogie.

Merci le Maroc.

 

Pour la CIREB

Le président : Pr. Mansour M’HENNI

 

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Qui sommes nous ?

COORDINATION INTERNATIONALE DES RECHERCHES ET ETUDES BRACHYLOGIQUES (CIREB). Objet : favoriser les rencontres et les échanges entre les chercheurs, les créateurs et les techniciens dans les domaines des êtres et des objets de petites formes ou de microstructures ; développer le concept de brachylogie dans sa dimension pluridisciplinaire et ses applications plurielles et encourager la production à cet effet ; encourager les prolongements socio-économiques des recherches et des créations brachylogiques dans les différentes spécialités. Siège social : 5, rue Lacharrière, 75011 Paris 11e