Tunisie: Quatrième séminaire des études brachylogiques sur « Lumière(s) et brachylogie ».

Dans le droit fil du projet d’études brachylogiques initié par la Pr. Mansour M’henni et dans la dynamique qui en a émané dans plusieurs pays, l’équipe de brachylogie à Tunis (Tunisie) organise son quatrième séminaire y attenant autour de la question: Lumière(s) et brachylogie.

La rencontre aura lieu à l’Institut Supérieur des Sciences Humaines de Tunis (Université de Tunis El Manar), les 16 et 17 octobre 2015 (la journée du 15 peut être celle de l’ouverture officielle, en fonction du nombre des communications). Le dernier délai pour la réception des projets de communications est reporté au 15 juillet 2015 et les collègues de la CIREB (Coordination internationale des études brachylogiques – Paris) sont priés de diffuser l’information auprès des intéressés potentiels.

Ci-dessous l’argumentaire du séminaire, coordonné par Mme Halima Ouanada:

IVème séminaire des études brachylogiques (SEB4-TUN) :

Brachylogie et Lumière(s)

(15-17 octobre 2015)

Organisation : ISSHTunis-Université Tunis El Manar &Brachylogia-Tunisie & CIREB

 

Depuis qu’il a été initié, il y a bientôt trois ans, le concept de « Nouvelle Brachylogie » a déjà fait un bout de chemin non négligeable, non seulement en création de structures le prenant pour objet, mais aussi en rencontres académiques se concentrant sur ses fondements, sur les termes de sa définition et sur ses prolongements interdisciplinaires aussi problématiques qu’ils peuvent paraître pour certains et enthousiasmants pour certains autres. Un esprit critique renouvelé peut-être, rénové pourquoi pas, semble s’en dégager avec toutes les implications qu’on lui imaginerait dans la complexité du monde moderne.

La Tunisie, où a été initié le concept, en 2012, et où est né le premier séminaire des études brachylogiques (en 2013), a une équipe qui reste attachée à ce champ d’interrogation, d’un intérêt certain quelle que soit l’attitude que l’on ait à son égard. Aussi continue-t-elle, cette équipe, à organiser assidûment son séminaire, dans l’espoir de voir les autres équipes, amies et partenaires, dans différents pays, assurer la même persévérance, surtout après un événement nodal dans cette dynamique, en l’occurrence le Premier Congrès Mondial de Brachylogie au Maroc du 16 au 18 avril 2015.

Dans la continuité des réflexions engagées au cours des trois premiers séminaires, l’équipe tunisienne a la conviction que le concept de « Nouvelle brachylogie » ne saurait demeurer étranger à la profusion intellectuelle et littéraire du siècle des Lumières. Aussi un séminaire sur « Brachylogie et Lumière(s) » s’est-il avéré d’une opportunité certaine. Mais, pour ouvrir la réflexion à d’autres centres d’intérêt établissant des liens possibles avec d’autres disciplines, il a été entendu d’intégrer un signe suggestif consistant en deux parenthèses entre lesquelles s’insère le « s » final des Lumières.

En effet, perçue au départ comme un objet d’analyse strictement formel, la Nouvelle Brachylogie tend aujourd’hui à avoir une étendue pluridisciplinaire impliquant toutes les sciences dites humaines (littérature, arts, philosophie, société…) et même les sciences exactes et les nouvelles technologies. Porteuse d’une philosophie du monde adaptée à la modernité, la Nouvelle Brachylogie a ceci d’exceptionnel qu’elle favorise un degré élevé d’inter-communicabilité.

Foncièrement marqué par la prédominance de l’infiniment petit, du bref, de structures fragmentées et fragmentaires, le XXIème siècle s’annonce déjà comme celui d’une société brachylogique. La société de demain le sera peut-être encore plus. D’où l’intérêt de se pencher aujourd’hui sur ces petites formes prolixes dont l’apport peut s’avérer considérable, surtout en matière d’interactions entre les différentes manifestations et les configurations variées de l’existence.

Dans cette perspective, le XVIIIème siècle constitue une source inépuisable qui ne demande qu’à être explorée et exploitée car c’est probablement dans ce siècle que la notion même de brachylogie  trouverait son origine implicite, en tout cas la notion moderne de «  Nouvelle brachylogie » y aura puisé des racines certaines. Il n’y a qu’à voir de plus près les formes brèves qui ont pullulé au XVIIIème siècle pour en avoir la preuve. Le coup d’envoi à leur prolifération fut incontestablement le Dictionnaire philosophique portatif de Voltaire qui constitue à lui seul un manifeste contre les textes interminables, lourds et donc inaccessibles au grand public. Les épigraphes en tête d’œuvres, les épigrammes, les lettres, les correspondances, les fragments et bien d’autres productions encore viennent s’ajouter à une liste qui pourrait s’allonger encore. Force est de constater qu’il y a là un terrain fertile à revisiter dont les études contribueront non seulement à faire de la brachylogie, jugée à tort comme « vice d’élocution » (Littré), une méthode d’analyse pluridisciplinaire, mais aussi à réhabiliter des formes brèves, des structures fragmentées longtemps classées comme genres mineurs. Mais il n’est pas interdit de penser que l’Encyclopédie de Diderot et D’Alembert y est pour une bonne part aussi.

Ainsi, la naissance de ce concept de La Nouvelle brachylogie, à partir des cendres de la brachylogie antique, a pour avantage de permettre certes un retour essentiel aux origines antiques (Platon, Socrate…), mais également aux Lumières dont l’apport est inestimable à ce propos. Les travaux de ce séminaire ont ainsi pour objectif premier de repenser autrement les Lumière(s) par rapport à cette Nouvelle Brachylogie, notamment aujourd’hui où plus que jamais, cette réflexion se trouve au cœur des débats qui animent le paysage médiatique et intellectuel à la fois occidental et oriental. Toujours en combustion, les Lumières, en ce début du vingt et unième siècle, continuent de susciter les intérêts les plus divers et les plus subversifs, les plus créatifs aussi. Une redéfinition de la dynamique des Lumières, avec ses valeurs et ses dérives, serait probablement indispensable pour dépasser les oppositions « meurtrières » en réaffirmant et en mettant à jour ses valeurs universelles, pour faire obstacle à toute régression vers l’obscurantisme et pour permettre enfin une meilleure visibilité de l’avenir.

Les pistes de réflexion à ce propos étant nombreuses, les propositions ici présentées sont à prendre à titre indicatif : Lumières brachylogiques  / philosophie et brachylogie/ dialogues philosophiques/les formes dialogiques/le fragment /la lettre /genres mineurs au XVIIIème siècle/ esprit des Lumières, esprit brachylogique ?/ l’écriture scientifique, une posture brachylogique ? …

Renseignements pratiques

Le séminaire se déroulera du 15 au 17 octobre 2015, à l’Institut supérieur des sciences humaines de Tunis (Université Tunis El Manar) :

Adresse postale : Brachylogia, 26 Avenue Darghouth Pacha, Bureau 13, Tunis 1007, (Tunisie).

Les communications, en français, en arabe et en anglais, dureront 20 minutes chacune et feront l’objet d’une publication académique, après avis d’un comité scientifique international. Les propositions, accompagnées d’un résumé et d’une courte notice biographique (500 mots maximum, 3000 signes), sont à adresser avant le 10 juin 2015 par e-mail à l’une des 2 adresses suivantes (de préférence aux deux :

h_ouanada@yahoo.fr

brachylogia.org@gmail.com

La réponse du comité scientifique est prévue pour le 30 juin 2015, au plus tard. Des lettres d’invitation seront envoyées aux auteurs des communications retenues, pour tout usage utile.

 

Droit d’inscription

Les participants sont redevables d’un droit d’inscription forfaitaire de 80 euros (ou leur équivalent en dinars tunisiens). Ce droit d’inscription inclut : le programme du colloque ; le recueil des résumés ; l’hôtel en LPD pendant 2 jours.

Un programme touristique et culturel est envisageable sur inscription préalable.

Comité d’organisation (premier noyau) :

Pr. Taoufik Aloui (Directeur de l’ISSHT) : Président du séminaire

Halima Ouanada (Directrice du département de français à l’ISSHT) : Coordinatrice générale

Premier noyau du comité d’organisation : Mohamed Chagraoui, Nizar Ben Saad, Zouhour Ben Aziza, Badreddine Ben Henda, Monia Kallel, Sabeh Ayadi.

Comité scientifique : (en constitution)

Lien utile :

http://www.brachylogia.com

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Qui sommes nous ?

COORDINATION INTERNATIONALE DES RECHERCHES ET ETUDES BRACHYLOGIQUES (CIREB). Objet : favoriser les rencontres et les échanges entre les chercheurs, les créateurs et les techniciens dans les domaines des êtres et des objets de petites formes ou de microstructures ; développer le concept de brachylogie dans sa dimension pluridisciplinaire et ses applications plurielles et encourager la production à cet effet ; encourager les prolongements socio-économiques des recherches et des créations brachylogiques dans les différentes spécialités. Siège social : 5, rue Lacharrière, 75011 Paris 11e